Union Nationale Lycéenne

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Les lycéens se mobilisent ...et gagnent des droits ! Engages toi !

Afficher l'image d'origine                                                                                                                                                                                                                 

Une mobilisation historique

Durant tout le mois de mars, les lycéens ont fait entendre leur voix. Le pays a connu le 9, le 17, le 24 et le 31 mars de puissantes mobilisations auxquelles ont fortement participé la jeunesse. En effet, la protestation contre la loi «travail» a rassemblé plus d’un million de personnes dans la rue.

Lire la suite...
 

L’UNL se félicite des annonces du gouvernement en faveur de la jeunesse.

L’Union Nationale Lycéenne a été reçue ce lundi 10 Avril par le Premier Ministre, en présence des autres organisations étudiantes et lycéennes.

Manuel Valls a présenté un certain nombre de mesures en faveur des jeunes. C’est un premier pas de la part du gouvernement en notre direction. Les différents rendez-vous des dernières semaines entre les organisations de jeunesse et les membres du gouvernement ont permis à l’UNL de porter haut et fort les revendications lycéennes.

Lire la suite...
 

1,2 millions de manifestants le 31 Mars : le gouvernement reçoit les organisations de jeunesse.

Afficher l'image d'origine

L’Union Nationale Lycéenne, 1er syndicat lycéen, se félicite de l’incroyable mobilisation du 31 Mars. Sur l’ensemble du territoire, plus d’un million de jeunes, de chômeurs, de salariés et de retraités ont battu le pavé pour protester contre le projet de Loi Travail du gouvernement de Manuel Valls.

Lire la suite...
 

Après la journée du 24, l’UNL appelle à se mobiliser le 31 mars

Résultat de recherche d'images pour "mobilisation  24 mars"

Après une nouvelle journée de mobilisation réussie, l’UNL appelle les lycéens à faire entendre leur voix le 31 Mars.

Jeudi 24 Mars, les lycéens et les étudiants se sont à nouveau mobilisés afin de demander le retrait de la loi travail.

Cette mobilisation, qui fait suite aux journées d'actions du 9 et 17 Mars, montre que les lycéens restent déterminés et mobilisés pour leur droit à l'avenir. 

Lire la suite...
 

Arbitrage du 1er Ministre sur la loi travail : l'UNL appelle à se mobiliser le 17 Mars

Afficher l'image d'origine

Le premier ministre a présenté hier les arbitrages du gouvernement sur l’avant-projet de loi travail, à l’issue des discussions menées avec les partenaires sociaux depuis plusieurs jours.

Les modifications exposées par le gouvernement ne remettent pas en cause la philosophie générale du texte et ne répondent toujours pas à l’objectif de lutte contre le chômage et la précarité. Si certaines mesures, choquantes pour les salariés et les jeunes, sont supprimées ou modifiées, la logique de flexibilisation du marché du travail est toujours au cœur de ce projet de loi.

Lire la suite...
 

Lycéens d'aujourd'hui, refusons d'être les travailleurs précaires de demain.

Afficher l'image d'origine

Alors que le chômage ne cesse d'augmenter et que les solutions proposées par le gouvernement ne brillent pas par leur efficacité, le gouvernement de Manuel Valls soumet à l'opinion publique un projet de Loi Travail allant à l'encontre des aspirations de la jeunesse.

Lire la suite...
 

Précaires un jour, précaires toujours ? Les jeunes, étudiant.e.s, et lycéen.ne.s disent non au projet de loi Travail !

Afficher l'image d'origine

A travers le projet de la Loi Travail, le gouvernement vient de déclencher une offensive sans précédent contre les jeunes et les salarié.e.s.  Nous, lycéen.ne.s, étudiant.e.s, jeunes chômeur.se.s, sommes déjà précaires pendant nos études et notre insertion professionnelle, il faudrait maintenant que nous acceptions d’être précaires à vie !

Le contenu de ce projet, directement inspiré des revendications du MEDEF, représente un véritable retour au siècle dernier pour le monde du travail avec une fois de plus les jeunes comme cibles favorites. Les accords seraient négociés au sein de l'entreprise et primeraient sur les accords de branche et le Code du Travail, exerçant un dangereux chantage pour les salarié.e.s. Ceux-ci auront pour conséquences d'imposer des augmentations de temps de travail et des baisses de salaire aux salarié.e.s. Ce que le gouvernement nous promet c’est :

Lire la suite...
 

Journée nationale d'initiatives et d'actions le mercredi 9 Mars

Les organisations syndicales étudiantes et lycéennes, associatives et politiques de jeunesse, réunies ce jeudi 25 février au soir, se sont retrouvées sur la revendication commune du retrait complet du projet de loi dit « travail ».

Lire la suite...
 

Le droit collectif n’est pas l’ennemi de l’emploi

CFDT, CFE-CGC, CGT, FSU, UNION SYNDICALE SOLIDAIRES, UNSA, UNEF, UNL, FIDL

Les organisations syndicales de salariés et de jeunesse signataires se sont réunies ce jour pour faire le point sur la situation sociale et économique notamment après la publication du projet de loi dit El Khomri, concernant la modification du Code du travail. Ensemble et à des degrés divers, elles constatent que ce projet, élaboré sans réelle concertation, va profondément changer la législation du travail et comporte des risques pour les salarié-e-s et les jeunes qui aspirent à accéder à un emploi.

Lire la suite...
 

Loi El Khomri : Une loi qui obscurcit l’avenir des jeunes

Afficher l'image d'origine

Mercredi, le gouvernement discutera en conseil des ministres du nouveau projet de loi sur le travail porté par la Ministre Myriam El Khomri. Un avant-projet qui constitue un recul inédit des droits sociaux.

Il vise à restructurer de manière profonde le droit du travail :

Fin, de facto, des « 35 heures », forte baisse de la rémunération des heures supplémentaires, plafond du temps de travail hebdomadaire maximum fixé à 60 heure, suppression du plancher d’heures de travail pour les salarié-e-s à temps partiel, remise en cause des 11 heures minimales de repos entre chaque journée de travail…

Lire la suite...
 

Lancement du « Prix Littéraire Charlie Hebdo » pour les 12-22 ans

« On veut de la folie, de l’originalité, de l’irrévérence !... Car il est indispensable de prouver que l’esprit de Rabelais et de Desproges est vivant et il n’est pas question de laisser le monopole des lettres françaises aux sinistres. Toutes les formes d’humour sont bienvenues : humour noir, absurde, grotesque, pince-sans-rire ou débile. On aime l’ironie mordante, la parodie loufoque, l’humour vache. On attend surtout des textes surprenants ! Et bien écrits, si possible. »

Lire la suite...
 
Page 1 de 6